Le blog de CHIMIREC - Bleu, Blanc, Vert Le blog de CHIMIREC - Bleu, Blanc, Vert

S’habiller éthique, c’est plus chic pour la planète

S’habiller éthique, c’est plus chic pour la planète

Environnement

(0)

S’habiller éthique, c’est plus chic pour la planète

Toujours plus de vêtements, que l’on porte de moins en moins longtemps, et qui coûtent de moins en moins cher. Le succès du prêt-à-porter a révolutionné notre façon de nous habiller, mais fait de la mode une des industries les plus polluantes de la planète.

Selon l’Agence européenne pour l’environnement (EEA), la quantité de vêtements achetés dans l’Union européenne (UE) a augmenté de 40 % entre 1996 et 2012. Chaque année, c'est plus de 100 milliards de vêtements et accessoires qui sont vendus à travers le monde. Cette addiction à la mode et à l'achat compulsif de vêtements se traduit par de lourdes conséquences environnementales et sociales.

Comment la mode pollue l’environnement ?

  • Forte consommatrice d’eau. Exemple emblématique : la fabrication d’un jean nécessite 7 500 litres d’eau, estime un rapport des Nations Unies, soit l’équivalent de l’eau bue par un être humain pendant sept ans.
  • Grosse consommatrice de matières premières, notamment de coton, qui représente un quart de la production mondiale de textiles, mais aussi de pétrole, qui sert à fabriquer le polyester.
  • Forte émettrice de gaz à effet de serre. Les émissions de l’industrie textile sont liées à la production des matières premières, par le biais de l’élevage de vaches, pour produire du cuir, ou de moutons, pour produire de la laine. Il faut y ajouter le transport des textiles et des produits finis qui se fait majoritairement en avion, et sur de longues distances, principalement entre l’Occident et l’Asie du Sud-Est.
  • Selon un rapport de la Fondation Ellen MacArthur de novembre 2017, l’industrie textile émet plus de CO2 que les transports commerciaux aériens et maritimes réunis.

À ce bien noir bilan, rajoutons que le lavage en machine de nos vêtements synthétiques est responsable d’une pollution des eaux. On estime à 500 000 tonnes les micro particules de plastiques qui sont ainsi rejetées chaque année dans l’océan.
Par ailleurs, outre son impact majeur sur l'environnement, l'industrie du textile est le deuxième secteur où l'esclavagisme moderne est le plus important, après la fabrication d'ordinateurs et de smartphones.

Changeons de mode vestimentaire !

Voici quelques bons réflexes pour alléger notre impact environnemental :

  1. Achetons moins de vêtements ;
  2. Optons pour la qualité qui dure plus longtemps ;
  3. Privilégions l’achat de vêtements portant un label environnemental recommandé par l’ADEME ;
  4. Préférons les couleurs naturelles ou obtenues à partir de teintures végétales ;
  5. Chinons nos vêtements sur le marché de seconde main, dans les associations ou les vide-greniers ;
  6. Organisons des échanges de vêtements entre ami(e)s ;

Ne jetons pas nos vêtements à la poubelle ! S’ils peuvent encore servir, déposons-les dans des associations caritatives. Sinon, trouvons des points de collecte pour recyclage sur lafribredutri.fr
Actuellement, moins de 1 % de nos textiles sont recyclés et chaque seconde l’équivalent d’un camion-poubelle de textile est enfoui ou brûlé... Si rien ne change, le secteur de la mode utilisera un quart du budget carbone mondial d’ici 2050 alerte le Programme des Nations Unies pour l'Environnement.

Par des gestes simples et des comportements responsables, nous avons tous le pouvoir de changer les choses. Alors, oublions la fast fashion au profit de la mode éthique !

Pour en savoir plus sur les impacts environnementaux de l’industrie textile et les comportements vertueux à adopter : téléchargez le livret ”Le revers de mon look” publié par l’ADEME.

Déposer un commentaire
Laissez un commentaire

* champ obligatoire